Préparation des tissus

Préparation des tissus

Pour rendre visible ce que l’on veut observer, il est nécessaire de mettre en œuvre des techniques diverses que l’on applique au matériel, c'est ce qu'on appelle la préparation des échantillons. Pour l’observation en microscopie optique ou en microscopie électronique, les coupes de tissus examinées sont le fruit de procédures techniques qui requièrent plusieurs étapes successives : fixation, inclusion, coupe, coloration, montage.

La préparation d’échantillons histologiques peut varier grandement en fonction des propriétés intrinsèques des échantillons comme la taille mais également en fonction des objectifs de l'examen (diagnostic histopathologique chez l'homme ou chez l'animal, ou protocole de recherche) et des procédures planifiés en aval de cette préparation.

Le but de la fixation est de conserver les structures. En effet, le prélèvement des tissus provoque leur mort : les cellules déversent leurs enzymes, ce qui provoque une autodigestion du tissu. De plus, à l'air ambiant, les prélèvements peuvent être contaminés par des bactéries.

L’inclusion a pour but de permettre la réalisation de coupes fines et régulières. Le milieu d’inclusion le plus utilisé est la paraffine mais d'autres milieux sont utilisés en fonction du mode de conservation des tissus et des techniques utilisées.

Les coupes du bloc de paraffine sont faites avec un microtome permettant de réaliser des tranches de section (coupes) assez fines pour pouvoir être observées en microscopie. L'épaisseur des coupes dépend de la technique de microscopie utilisée.

Les colorations réalisées sur lames, accentuent les contrastes pour mieux reconnaître les différents éléments de la préparation.

Enfin le montage est la dernière étape avant l'observation.